Passer au contenu

/ Département de littératures et de langues du monde

Je donne

Rechercher

Alexandre Desrochers Ayotte

Alexandre Desrochers Ayotte

Doctorat en études anglaises

Codirection : Michael Eberle Sinatra et Marcello Vitali-Rosati (Département des littératures de langue française)

Titre de la thèse : The Narrative Manipulation of Human Subjectivity : A Machinic Exploration of Psyche as Artificial Ready-Made

Contact : alexandre.desrochers-ayotte@umontreal.ca

 

ResearchGate

Google Scholar

Thesis Abstract

My thesis questions and theorizes the acceleration of narrative production in the twenty-first century, the attempted appropriation of means of production and collective myths by market economy, as well as the effects of these new myths on the human psyche. The persistent and sustained ingestion of narratives infused with capitalist symbols produces a mutation of subjectivity, which mutates from unique to standardized. Through a rereading of Aristotle’s Poetics, the first section of this thesis offers a political conception of catharsis that theorizes the receiver of narratives as programmable and guidable towards attitudes and postures. This conception leads directly to a machinic definition of the narrative and the concept of machinic enslavement. These concepts conceive of human subjectivity as engaged in processes of networking where it loses fragments of its unicity. The third chapter of this thesis theorizes Deleuze's society of control and its conceptual successors, surveillance capitalism and ectosubjectivity. Both these concepts attempt to theorize the reigning regime of power of the twenty-first century, based on personal data and the standardization of the human psyche. Finally, the fourth and final chapter of this research analyzes the notion of truth as described by Michel Foucault in The Courage of Truth. In the Greek notion of parrhēsia, and especially in its platonic development, Foucault identifies the homogeneity of a truth system based on a hierarchization of ethics. The reversal of this system by the Cynics into an assumed bestiality is crucial to this thesis as it opens new territories of existence and truth. In sum, the Cynic reversal permits us to conceive of a free existence, outside of a regime of truth that desubjectivates and homogenizes.

Résumé de la thèse

Ma thèse questionne et théorise l’accélération de la production narrative au vingt-et-unième siècle, les tentatives d’appropriation des moyens de production et des mythes collectifs par le marché, ainsi que l’effet de ces nouveaux mythes sur la psyché humaine. L'ingestion persistante et soutenue de récits infusés de symboles capitalistes produit une mutation de la subjectivité humaine, qui passe d’unique à homogénéisée. Par une relecture de la Poétique d’Aristote, la première section de cette thèse propose une vision politique de la catharsis, qui théorise la réception de toute narration comme programmable et pouvant être guidée vers des attitudes et des postures. Cette conception mène directement à une définition machinique du récit et à la notion d’asservissement machinique, qui conçoit la subjectivité humaine comme engagée dans des processus de connectivité où elle perd certains fragments de son unicité. La troisième foulée de cette thèse théorise la société de contrôle de Deleuze et ses héritiers conceptuels, le capitalisme de surveillance et l’ectosubjectivité. Ces deux notions tentent de percevoir le régime de pouvoir du vingt-et-unième siècle fondé sur les données personnelles et la standardisation de la psyché humaine. Finalement, le quatrième et dernier chapitre de cette recherche se penche sur la notion de vérité telle que décrite par Michel Foucault dans Le Courage de la vérité. Dans la notion grecque, et particulièrement son développement platonicien de parrhēsia, Foucault identifie l’homogénéité d’une vérité basée sur une hiérarchie éthique et son renversement par les Cyniques en animalité assumée, qui ouvre de nouveaux territoires d’existence et de vérité. En somme, ce renversement cynique nous permet de concevoir ce que serait une existence libre, hors d’un régime de vérité qui désubjective et rend homogène.